gallery

Eckart Muthesius, 1904 – 1989
Allemagne

Mobilier pour le palais du Manik Bagh, Indore, c. 1930


En 1930, Eckart Muthesius, jeune architecte allemand, reçoit la commande d’un palais de la part d’un Maharadja indien, âgé de 25 ans et féru de modernité : Yeshwant Rao Holkar, devenu un ami intime à l’occasion des études de Yeshwant en Europe.

Ce palais avant-gardiste, le « Manik Bagh » (Jardin des rubis) est construit à Indore dans l’état indien du Mahratta englobé aujourd’hui dans l’état du Madya Pradesh situé au centre de l’Inde.

Il s’agit avant tout d’une résidence intime, destinée à servir de cadre de vie familial à Yeshwant et sa toute jeune épouse Sany Ogita Devi, ainsi qu’à leurs futurs enfants. Cette demeure comporte peu de chambres et quelques pièces de réception, dont une salle de bal pour danser le fox-trot entre amis et écouter du jazz.
Le Lal Bagh, grand palais cérémonieux de style anglais construit par le père de Yeshwant, faisant office de palais officiel des Holkar.

Durant la construction du palais et dans les années suivantes, le jeune couple conseillé par leur ami Muthesius et par Henry Pierre Roché, écume les salons parisiens et les ateliers d’artistes pour réunir une collection exceptionelle de chefs-d’oeuvre de la modernité.

Parmi les plus notables, trois versions en marbre noir, blanc et bronze poli de « Oiseau dans l’espace » chefs-d’oeuvre de Brancusi cohabitent avec les fleurons du mouvement Art Déco, U.A.M. et du du Bauhaus : bureau de Ruhlmann ; chaise longue de Le Corbusier, Jeanneret, Perriand ; fauteuil « Transat » d’Eileen Gray ; nombreux meubles de Sognot ; sièges et luminaires de Breuer et Luckhardt.

©DR.

Le palais est équipé de tout le confort moderne, dont la première climatisation en Inde. Eckart Muthesius créé spécifiquement pour ce lieu une gamme de meubles et luminaires aux lignes géométriques épurées, qui seront exposés avec succès à Berlin en 1931-32, avant leurs départs pour Indore.

Ce mobilier a été créé spécifiquement pour le Manik Bagh. Certaines pièces destinées aux deux chambres du couple princier sont uniques ou créées tout au plus à deux ou quelques exemplaires. L’existence du Manik Bagh sort de l’oubli en 1970, à l’occasion d’un article de Robert Descharnes paru dans la revue Connaissance des Arts. Le palais est alors toujours meublé et en bon état de conservation d’origine.

En 1976, l’abolition des privilèges des Maharadjas oblige la famille Holkar à vendre le « Manik Bagh » à l’administration indienne. La majeure partie du mobilier est alors mise en vente chez Sotheby’s à Monte-Carlo, en 1980.
Quelques pièces à forte valeur sentimentale, car créées spécifiquement par Muthésius l’ami de la famille, et provenant des appartements privés, sont conservées par les héritiers du Maharadjah, comme la paire de fauteuils provenant de la chambre personnelle de la Maharani.

Quelques unes de ces pièces ont été cédées par ces derniers à Mme K. S. qui rachète en 1976 une partie du parc de la propriété dont la Guest House, où étaient notamment logés les chefs cuisiniers français et italiens.
C’est cet ensemble – ainsi qu’une guérite de garde et deux lanternes provenant de son parc – qui est aujourd’hui exposé.

©Photo E. Touchaleaume. Archives Galerie 54, Paris. © photo Man Ray

Paire de fauteuils club pour la chambre de la Maharani, palais du Manik Bagh, c. 1930

A dossier enveloppant et accoudoirs pleins sur socle en bois plaqué vernissé noir à bandeau uniplat, entièrement recouvert à neuf à l’identique.
Marqué sur le châssis de l’un des deux fauteuils « Schlafzimmer Her Hs » (chambre à coucher de son Altesse).

Modèle réalisé au minimum à deux exemplaires figurant sur les photos d’époque.

La construction de ce siège confortable est élaborée et soignée. Ce modèle se distingue par son dossier bas et sa ligne ramassée. À remarquer le dossier enveloppant, caractéristique que l’on retrouve sur la plupart des fauteuils de Muthésius.

72,5 x 73 x 62 cm

Bibliographie :

- «Palace of Raja : 1934 Style», Fortune, février 1934, p.67, pour une photographie de la chambre de la Maharani.
- Robert Descharnes, «En Inde un Palais 1930», Connaissance des arts, septembre 1970, p.55, pour une photographie d’époque de la chambre de la Maharani.
- Reto Niggl, «Eckart Muthesius, The Maharaja Palace in Indore», 1930, Ed. Arnoldsche, Stuttgart, 1996, pp.60-61.
- Reto Niggl, «Eckart Muthesius, India 1930-1939, Architecture- Design-Photography, 1999, Goethe Institute, pp. 67-69.
- «Le Palais du Maharadjah d’Indore», Ed. Galerie Doria, Paris, 2006, pp.95-97.

 

© Photo C. Baraja – E. Touchaleaume. Archives Galerie 54, Paris.

Paire de fauteuils club pour chambre d’ami, palais du Manik Bagh, c. 1930

A dossier enveloppant et accoudoirs pleins sur socle en bois rouge massif vernissé noir à bandeau uniplat, entièrement recouvert à neuf à l’identique. Modèle réalisé au minimum à deux exemplaires figurant sur les photos d’époque.
La construction est élaborée et soignée. Bien que les deux modèles de fauteuil présentent des analogies ils sont néanmoins très différents.
Le dossier de ce modèle est plus haut que celui du précédent. La ligne générale est moins ramassée.

75,5 x 75 x 66 cm

Bibliographie :
- Reto Niggl, Eckart Muthesius, The Maharaja Palace in Indore, 1930, Ed. Arnoldsche, Stuttgart, 1996, pp.60-61.
- «Le Palais du Maharadjah d’Indore», Ed. Galerie Doria, Paris, 2006, pp.95-97.

Fauteuils in-situ, Manik Bagh, c. 1933

© DR © Photo C. Baraja – E. Touchaleaume. Archives Galerie 54, Paris.

Tabouret, palais du Manik Bagh, c. 1930

En poirier plaqué vernissé noir à ceinture apparente sur piètement d’angle de section carrée. Assise rectangulaire recouvert à neuf à l’identique.
Modèle réalisé au minimum à trois exemplaires en bois naturel ou laqué noir figurant sur les photos d’époque.

41 x 45 x 36 cm

Bibliographie :

Reto Niggl, Eckart Muthesius, The Maharaja Palace in Indore, 1930, Ed. Arnoldsche, Stuttgart, 1996, pp.58, 65, 75, 99.
Reto Niggl, «Eckart Muthesius, India 1930-1939, Architecture- Design-Photography», 1999, Goethe Institute, pp.68 et 71

Tabouret, Manik Bagh, circa 1930.

© Photo C. Baraja – E. Touchaleaume. Archives Galerie 54, Paris.

Guéridon « tambour »  pour le hall d’entrée du palais du Manik Bagh, c. 1930.

En plaquage de noyer et poirier laqué noir à construction asymétrique et plateau rond sur corps cylindrique ouvrant par quatre portes galbées sur un intérieur muni d’étagères en bois et verre. Poignées de tirage en alpaca.

Réalisé au minimum à deux exemplaires figurant sur les photos d’époque du salon d’accueil du hall d’entrée du Manik Bagh.

52 x 80 cm

Bibliographie :
- «Palace of Raja : 1934 Style», Fortune, février 1934, p.66, pour une photographie d’époque.
- Reto Niggl, Eckart Mutheisus, The Maharaja Palace in Indore, 1930, Ed. Arnoldsche, Stuttgart, 1996, p.37.
- Reto Niggl, «Eckart Muthesius, India 1930-1939, Architecture- Design-Photography, 1999, Goethe Institute, p.56.
- «Le Palais du Maharadjah d’Indore», Ed. Galerie Doria, Paris, 2006, p.77.

© DR.

Guéridon moderniste  pour le salon de musique du palais du Manik Bagh, c. 1930.

En placage de noyer et poirier laqué noir à deux plateaux ronds superposés en décrochement latéral et à tablette intercalaire.

56 x 80 cm

Bibliographie :
- Reto Niggl, Eckart Muthesius, The Maharaja Palace in Indore, 1930, Ed. Arnoldsche, Stuttgart, 1996, pp.36, 45.
- Reto Niggl, «Eckart Muthesius, India 1930-1939, Architecture- Design-Photography, 1999, Goethe Institute, p.62.
- «Le Palais du Maharadjah d’Indore», Ed. Galerie Doria, Paris, 2006, p.101.

© DR. © Photo C. Baraja – E. Touchaleaume. Archives Galerie 54, Paris.©DR.

Guéridon à deux plateaux  pour les chambres du palais du Manik Bagh, c. 1930.

En bois massif et plaqué laqué noir à plateau rond et épaisse ceinture. Piètement à quatre jambes galbées et tablette d’entretoise. Plateau cuvette à dalle de verre opalin noir.
Modèle réalisé au minimum à deux exemplaires, un seul en version laqué vert figurant sur les photos d’époque.

60 x 70 cm

Bibliographie :
- Reto Niggl, « Eckart Muthesius, The Maharaja Palace in Indore », 1930, Ed. Arnoldsche, Stuttgart, 1996, pp.68-69.
- Reto Niggl, «Eckart Muthesius, India 1930-1939, Architecture- Design-Photography, 1999, Goethe Institute, p.75.

 

Psyché mural pour le dressing de la Maharani, palais du Manik Bagh, c. 1930.

A trois volets articulés montés sur charnières et à fond de miroir. Monture et socle fixe en palissandre massif et plaqué vernissé.
Modèle réalisé au minimum à un exemplaire figurant sur les photos d’époque.

187 x 50/120 cm

 

Bibliographie :
- Reto Niggl, « Eckart Muthesius, The Maharaja Palace in Indore », 1930, Ed. Arnoldsche, Stuttgart, 1996, pp.64, 65 et 95.
- Reto Niggl, «Eckart Muthesius, India 1930-1939, Architecture- Design-Photography», 1999, Goethe Institute, p.68.

Droite : Tabouret et miroir in-situ, Manik Bagh, c. 1933

©DR. © Photo C. Baraja – E. Touchaleaume. Archives Galerie 54, Paris.

Banquette pour la salle de billard, palais du Manik Bagh, c. 1930.

Capitonnée à couverture matelassée et dossier bas en rouleau.
Socle en bois rouge massif vernissé noir à bandeau uniplat. Recouvert à neuf à l’identique.
Modèle réalisé au minimum à un exemplaire figurant sur les photos d’époque.

68 x 160 x 77 cm

Bibliographie :
- Reto Niggl, « Eckart Muthesius, The Maharaja Palace in Indore, 1930″, Ed. Arnoldsche, Stuttgart, 1996, p043.
Reto Niggl, «Eckart Muthesius, India 1930-1939, Architecture- Design-Photography», 1999, Goethe Institute, p.60.

Deux lanternes d’extérieur, palais du Manik Bagh, c. 1930.

Monture à cornières de métal à peinture argentée de forme carrée à deux caissons superposés en décrochement et cache ampoule à plaques de verre sur socle.  Montage initial sur pilier en pierre granité remplacé ultérieurement  par une gaine en bois rouge massif vernissé noir.
Cette paire de lanternes se trouvait dans le parc du palais.

217 x 53 x 53 cm

 

 

© DR. © Photo Descharnes.

précédent
suivant
suivant