gallery

Georges Hoentschel, 1855 – 1915 (attribué à)
France

Armoire symboliste au pommier, c. 1910.

Chêne  massif sculpté à la gouge et peint.
Piètement d’angle sur montant arrondis. Tablettes intercalaires réglables.
190 x 165 x 63 cm

Provenance :

- Commande spéciale pour le relais de chasse du couturier Jacques Doucet, « Les Nonettes » à Erquigny dans le Clermontois.

Jacques Doucet n’ayant pas laissé d’archives personnelles, l’identité certaine du créateur de ce meuble constitue une énigme dans l’état actuel de nos connaissances.

La facture « brutaliste » du corps du meuble, entièrement taillé à la gouge dont les facettes sont volontairement laissées visibles, contrastant avec la surface lisse et polychromé du pommier aux fruits d’or, révèle davantage la main d’un artiste que celle d’un ébéniste traditionnel.
Si ce n’est Georges Hoentschel lui-même, son créateur est probablement un artiste gravitant autour de ce personnage aux multiples facettes, tour à tour antiquaire, architecte, décorateur, dessinateur de mobilier, céramiste et collectionneur, ami de Jacques Doucet, en charge de l’aménagement en 1904-1907 de l’hôtel particulier du couturier rue Spontini à Paris.

Georges Hoentschel est l’auteur d’un vase en grés et monture en bronze, et de fruits en céramique, rappelant fortement les différentes parties du pommier.
L’hypothèse d’attribution à l’entourage de Georges Hoentschel est renforcée par un fauteuil en bois sculpté de même provenance que cette armoire, œuvre du peintre et décorateur Adrien Karbowski, collaborateur de Georges Hoentschel qui l’introduisit auprès de Jacques Doucet et pour le compte duquel il réalisera quelques pièces de mobilier et le conseillera dans l’aménagement de ses résidences.

© Photo C. Baraja – E. Touchaleaume. Archives Galerie 54, Paris.

Les différentes parties constituant ce meuble démontable – deux côtés, une base, un fronton et deux portes – sont entièrement taillées à la gouge dans du chêne massif, faisant corps avec le motif de pommier sculpté en haut- relief, au tronc et aux branchages patinés noir, au feuillage patiné vert et aux fruits patinés or.

Pour un collectionneur épris d’art et de littérature comme Jacques Doucet, destinataire si ce n’est commanditaire de ce meuble, le choix d’un pommier aux fruits d’or n’est pas fortuit.

Cette iconographie revêt plusieurs significations hautement symboliques. Selon les Grecs anciens ces fruits d’or, gages d’Immortalité et de Fécondité, poussaient sur un arbre fabuleux dans le Jardin des Hespérides réservé aux Dieux.
Malgré la surveillance des nymphes du couchant, Hercule déroba ces pommes d’or, qui sont également l’attribut de la Vigilance. Enfin, selon les Ecritures, la pomme est le fruit de l’Arbre de la Connaissance dérobée par Eve.

© Photo C. Baraja – E. Touchaleaume. Archives Galerie 54, Paris.

Le Symbolisme, mouvement littéraire et artistique qui connu une renommée internationale s’épanouit brièvement sur deux décennies au tournant du siècle, pour disparaître avec la guerre de 14 et l’apparition du modernisme. Incarné en sculpture par des précurseurs comme Paul Gauguin puis Georges Lacombe le « Nabi sculpteur », il fut également interprété dans le mobilier par un artiste-ébéniste comme François Rupert Carabin.
Le corps de cette armoire est étonnamment « moderne » si l’on fait abstraction du pommier sculpté.

Sa réalisation que nous datons du début des années 10 se situe au crépuscule du mouvement symboliste et à l’aube du modernisme.
Il s’agit d’une période charnière pour Jacques Doucet, entre la vente complète en 1912 de sa collection de mobilier et d’objets d’art du XVIIIème siècle, et l’achat à Eileen Gray de deux œuvres symbolistes déjà très épurées – actant son adhésion à la modernité – le panneau laqué « Le Magicien de la Nuit » au Salon de 1913, puis en 1914 le paravent laqué « Le Destin ».
L’on a connaissance de quelques autres meubles acquis par Doucet, qui témoignent de cet art décoratif « de transition » entre l’Art Nouveau et les recherches de l’Art Déco. Hormis le fauteuil précité d’Adrien Karbowsky, en palissandre sculpté de feuillages et de fruits, aujourd’hui dans les collections du Musés d’Orsay , citons le meuble d’appui de Gaston Etienne Le Bourgeois à décor sculpté de feuillages et d’insectes (vente Christie’s Paris 26/11/2009).
Son goût évoluant très rapidement au rythme de sa fréquentation des jeunes créateurs qu’il affectionne, ces acquisitions seront suivies par la constitution rapide de sa collection d’art moderne et de mobilier d’avant garde, commandé à Eileen Gray, Pierre Legrain, Marcel Coard, qui à partir de 1913 trouveront leur place dans son nouvel appartement de l’avenue du Bois aménagé par Paul Iribe, puis dans les années 20 dans son Studio Moderne à Neuilly.

© Photo C. Baraja – E. Touchaleaume. Archives Galerie 54, Paris.

précédent
suivant
suivant